L’épice

Connaissez-vous l’épice ?

 

Exigeante en terme de qualité et d’éthique, je transforme et conditionne mon safran sous forme de pistils secs afin de préserver la pureté de l’épice.

En Europe, la culture du safran est introduite au XI ème siècle et la plante est notamment utilisée en tant qu’épice. Elle reste très implantée jusqu’au XIX ème siècle mais des hivers trop rigoureux, l’exode rural et l’arrivée des colorants chimiques la font disparaitre au début du XX ème siècle. Cependant, depuis plusieurs années, sa culture redémarre en France. La production Française met l’accent sur sa qualité exceptionnelle et reconnue mondialement, étant fortement concurrencée par les pays tels que le Maroc, l’Iran ou la Grèce.

C’est l’épice la plus chère du monde, me direz-vous ?

 

Safran sec

Oui, sans doute, mais il s’agit d’une épice d’exception. Pour son obtention, chaque étape de travail se fait manuellement, de la plantation des bulbes au séchage des pistils de la fleur qui donnera naissance au safran. Le crocus sativus est une fleur délicate et n’est pas adaptée à la culture intensive.

 

La récolte est annuelle, dure environ 3 semaines et ne dépasse pas une centaine de grammes les 1ères années.

 

Vous pensez toujours que le safran est cher ? … Relativisons malgré tout.

 

Faisons un peu de calcul :

Il faut entre 150 et 200 fleurs pour recueillir 5 grammes de pistils frais. Séchés, il n’en restera qu’1 gramme !

Le safran en pistils, je le répète, est un gage de pureté, au goût et pouvoir colorant incontestés – que je n’oserai comparer aux dosettes de poudre –

Il ne suffit que de 2 pistils de safran  par personne pour un plat salé ou d’1 pistil par personne pour un plat sucré.

Avec 1 gramme, vous pouvez dès lors cuisiner une quarantaine de plats du dimanche pour 4 personnes !

Vous pourrez régaler ainsi bien longtemps votre famille et vos amis.